Folie !

Quand la folie gouverne le monde :
Amour fou, Folies d’Espagne, Mad songs…

“Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou par un autre tour de folie, de n’être pas fou.”
Blaise Pascal, Pensées
Extrait du Discours sur les passions de l’amour

De la Renaissance à l’époque baroque, un vent de folie souffle sur la musique. Cette danse mystérieuse que l’on nomme folia en Espagne, Follia en Italie ou Folies d’Espagne en France, n’est-elle pas le thème instrumental le plus à la mode à la fin du XVIIe siècle ? La folie est aussi celle des passions, dont les compositeurs, entre mélancolie et frénésie, expriment tous les états. Mais si la folie est souvent associée au dérèglement et à l’excès, les musiciens baroques nous rappellent combien elle est avant tout un principe de création. La folie n’est peut-être rien d’autre que le génie.

Cet été, le Festival de Tarentaise fait donc de la folie son fil rouge, façon de clamer combien notre monde a toujours besoin de cette énergie vitale. Attirer dans de petites églises baroques un public estival avide de grand air, est-ce folie ? Faire le pari de l’exigence artistique, de la rareté, de l’inouï à l’heure où les algorithmes prétendent dicter nos goûts, est-ce folie ? Est-ce folie que de faire confianc eaux jeunes artistes, méconnus aujourd’hui, mais qui seront admirés demain ?

Nouveaux talents et grands noms du Baroque se côtoieront cet été dans cette folle édition. Ophélie Gaillard, Jean Rondeau, Vincent Dumestre et Le Poème harmonique, Denis Raisin Dadre et Doulce Mémoire, Leonardo García Alarcón et La Cappella mediterranea. Mais aussi les Ombres, La Rêveuse, Anthea Pichanik, Anna Reinhold, Chantal Santon, Anne Magouët, Marc Mauillon… A leurs côtés, les Curious Bards, un jeune ensemble qui fait déjà parler de lui, en croisant avec talent musiques baroques et traditionnelles celtiques. Autre jeune ensemble prometteur, Leviathan, qui sous la direction de Lucile Tessier, musicologue, flûtiste et bassoniste accomplie, dévoile une musique anglaise justement placée sous le signe de la folie.

Si folie rime avec génie, alors François Couperin, dont nous fêtons cette année les 350 ans de la naissance, est sans doute le plus fou des compositeurs. Des Leçons de ténèbres, intimes et bouleversantes, aux éclatantes Nations, c’est une trajectoire de l’ombre à la lumière que nous offre le grand maître du baroque français.

En 2018, plus que jamais, soyons fous !

Jean-Luc HYVOZ
Directeur artistique