31e-edition-site 2

ÉDITO

Mauvaise passe ?

Guerre, crise sanitaire, crise climatique, crise sociale… La période que nous traversons inquiète et rend l’avenir plus incertain que jamais. Toute mutation, toute remise en cause, entrainent un sentiment de doute, parfois une volonté de repli. Ce n’est cependant pas le premier passage troublé que traverse l’humanité. Rappelons-nous le XIVe siècle, marqué en Europe par les famines, la peste noire, la guerre de Cent ans, période de crise qui marque la fin du Moyen Âge et qui pourtant annonce la Renaissance. Plutôt qu’à un repli sur soi ou à un regret du passé, notre période invite à questionner l’histoire pour mieux envisager l’avenir.

D’un pas allègre, vers l’inconnu…

Art de l’éphémère, du transitoire, de l’instable, la musique nous offre peut-être la clé pour mieux vivre le moment incertain que nous traversons. Et plus particulièrement la musique baroque qui, faisant de la rupture et du mouvement un principe, fait éprouver à merveille l’insaisissable, l’inconstant, le passager. En dévoilant la musique d’autres temps troublés, nous découvrirons cet été des œuvres incroyablement expressives et émouvantes. De quoi ne pas désespérer !

La Tarentaise, terre de passage

Passage, c’est un mot qui résonne en Savoie : combien de monde chaque année passe en effet par la vallée de la Tarentaise, empruntant ses cols, ses tunnels, ses remontées mécaniques ? Le paysage de cette région frontalière et touristique porte les marques de ces infrastructures entre Tarentaise et Maurienne, Tarentaise et Beaufortain, Tarentaise et Italie. Cependant, pour qui sort des sentiers battus et pour qui prend le temps de regarder, d’autres chemins plus anciens, moins visibles, moins courus, ont eux aussi façonné l’histoire et le paysage de la région : ceux qu’empruntèrent les colporteurs à l’époque du Duché de Savoie ; ceux qu’empruntèrent avant eux les sculpteurs des retables savoyards ; ceux qu’empruntèrent aussi les compositeurs baroques, à l’image de Jean-Marie Leclair (1697-1764) qui fit, entre Lyon, Turin et Paris, une carrière florissante. Ces chemins, ce sont ceux qu’empruntent aujourd’hui les curieux, les amoureux de la nature et les passionnés du patrimoine : vous autres sans doute, auditeurs du festival.   

Une invitation à suivre les chemins de traverse

Avide de raretés et d’œuvres sublimes, le festival de Tarentaise fait le pari de la curiosité, de l’audace. Aux côtés des compositeurs célèbres, sont mis à l’honneur les maîtres injustement oubliés ou trop peu enregistrés. Le passage, c’est le pas vers l’inconnu, l’exploration, la quête. Cette thématique nous invite ainsi à privilégier les hybridations stylistiques. Entre traditionnel et baroque, entre oralité et écriture savante, entre hier et aujourd’hui, laissons-nous surprendre par de fécondes rencontres, de Vivaldi à Piazzolla, du baroque à Björk.

Passage, c’est enfin un mot qui a du sens pour le festival de Tarentaise, qui permet chaque été le passage de flambeau entre les artistes chevronnés et la nouvelle scène baroque. 

Plus que jamais soyons curieux. Vivons ensemble un riche été musical !

Jean-Luc Hyvoz Directeur artistique

Une année exceptionnelle !